Hypnose, stress et intéractions neuro-digestives

bruno-bonazVers de nouveaux possibles

Bruno BONAZ – Professeur à la Clinique Universitaire d’Hépato-Gastroentérologie, CHU de Grenoble. Chercheur à l’Unité Inserm U836 « Stress et Interactions Neuro-Digestives », Grenoble Institut des Neurosciences (GIN).

Dans nos contrées cartésiennes, l’arrivée des connaissances sur le système nerveux entérique a mis 20 ans. Mais maintenant, nos chercheurs sont pleinement activés pour mieux connaître le fonctionnement de ces intenses et subtils flux d’informations. Dans le but de les rétablir quand ils sont perturbés, grâce, notamment, à l’hypnose thérapeutique.

RELATIONS NEURO-DIGESTIVES

Le tube digestif possède une autonomie propre, grâce au système nerveux intrinsèque (SNI) ou système nerveux entérique, encore appelé « deuxième cerveau ». Cependant, notre cerveau et notre tube digestif (TD) communiquent de façon bidirectionnelle par l’intermédiaire du système nerveux autonome (SNA) et les organes circumventriculaires. Cette communication assure un fonctionnement intégré pour assurer le contrôle des fonctions digestives telles que la motricité, la sensibilité, l’immunité, la satiété ; ces fonctions pouvant devenir, dans certaines conditions, pathologiques.

Le système nerveux autonome

Il comprend les systèmes nerveux sympathique et parasympathique, classiquement antagonistes, représentés notamment par les nerfs splanchniques, le nerf pneumogastrique et le parasympathique sacré. Ce sont des systèmes mixtes comprenant essentiellement des fibres afférentes (80 % pour le nerf vague, 50 % pour les nerfs sympathiques) véhiculant les informations en provenance du tube digestif vers le système nerveux central (SNC) et inversement. Les efférences sympathiques comprennent des neurones qui ont leur origine au niveau de la moelle épinière (T5- L2) et qui s’articulent avec des neurones des chaînes sympathiques et des nerfs splanchniques qui innervent le TD. Le neurotransmetteur est la noradrénaline. Les neurones spinaux (T5-L2) sont sous l’influence de voies descendantes modulatrices provenant de l’hypothalamus et du tronc cérébral.

Les efférences parasympathiques comprennent :

– le contingent efférent du nerf vague qui prend son origine au niveau du bulbe et qui s’articule avec des neurones situés dans la paroi digestive, au sein du SNI. Le nerf vague innerve tout le tractus digestif jusqu’au colon transverse encore que, pour certains anatomistes, il innerverait tout le tube digestif chez l’Homme ;

– le contingent efférent parasympathique pelvien (S2-S4) qui constitue les nerfs pelviens qui vont s’articuler avec des neurones situés dans le TD. Le parasympathique pelvien innerve la fin du tube digestif et la vessie. Le neurotransmetteur est l’acétylcholine.

Les voies afférentes : elles véhiculent les informations en provenance du TD vers le SNC et permettent au SNC d’être informé, de façon consciente ou inconsciente, par notre TD. A l’exception de la douleur, la plupart des informations nerveuses provenant des viscères ne sont pas conscientes, excepté dans des conditions pathologiques.

Les afférences vagales sont sensibles aux nutriments contenus dans la lumière digestive, elles contiennent des chémorécepteurs, thermorécepteurs, osmorécepteurs, mécanorécepteurs.

Les afférences sympathiques véhiculent essentiellement les voies de la douleur viscérale digestive vers la moelle épinière.

Les organes circumventriculaires

Ils sont situés en dehors de la barrière hémato-encéphalique. Ils ont pour nom notamment : « organe subfornical, glande pinéale, area postrema, organe vasculaire de la lamina terminalis ». Ils sont « sensibles » au contenu vasculaire (interleukines, électrolytes notamment) circulant. Ces organes sont en relation avec des neurones à proximité, situés dans le SNC, qui vont activer des centres autonomiques bulbaires et l’hypothalamus (axe corticotrope). La finalité est d’intégrer un message périphérique et d’entraîner une réaction adaptée pour assurer l’homéostasie. Ils interviennent dans la régulation cardio- vasculaire, la balance hydro-électrolytique, la fonction immune, la régulation de la température corporelle, l’alimentation, la balance métabolique et énergétique, la reproduction.

Intégration centrale des informations digestives

L’intégration centrale des informations digestives véhiculées par les afférences viscérales sympathiques et parasympathiques se fait au niveau du bulbe (noyau du tractus solitaire) pour le nerf vague, et au niveau de la moelle épinière thoraco-lombaire et sacrée pour le système sympathique et parasympathique sacré, respectivement. De là l’information va être intégrée au niveau du cerveau dans les centres de la douleur (cortex sensitif), au niveau de l’hypothalamus, du tronc cérébral, et des structures limbiques (amygdale notamment), intervenant dans les émotions. Cette intégration centrale consciente ou inconsciente va donner lieu à des réponses comportementales, autonomiques (activation ou inhibition du SNA), motrices, endocriniennes (activation de l’axe hypothalamohypophysaire-surrénalien ou axe corticotrope).

La fonction autonomique est intimement liée au fonctionnement du SNC et aux émotions. C’est le cas des effets du stress sur le TD et des désordres mentaux, spécialement la dépression et les désordres anxieux, associés notamment aux troubles cardio-vasculaires mais également aux troubles du TD.

Pour lire la suite de l’article et vous abonner à la Revue

h&tb37-110

thierry-servillatHypnose et Thérapies Brèves n°37 Edito du Dr Thierry SERVILLAT, Rédacteur en Chef

COMME SUR UN PLATEAU. Dans moins de quatre mois : Congrès de Paris. Un moment historique arrive à grande vitesse. Déjà un très grand nombre d’inscrits, qui vont, comme dans un magnifique restaurant – on sait combien Milton Erickson appréciait cette métaphore de la vie et des choix qu’elle nous propose – avoir une bien jolie carte à regarder avant de se décider à rentrer dans telle ou telle salle de conférence, d’atelier (de pratique ou vidéo), de démonstration…

Rouvrir de l’espace après le trauma grâce aux émotions

Dans deux récits cliniques de cas de patientes traumatisées, l’une anxieuse, l’autre dépressive, l’hypnose est utilisée pour que les émotions symptomatiques puissent oeuvrer à recréer un espace pour que le mouvement vital reprenne. Peur, douleur, deuil, chagrin : n’avons-nous pas chacun nos prisons, nos enfermements, nos chaînes qui entravent le bon fonctionnement du vivant à l’intérieur de nous ? Quand nous n’allons pas bien, il n’est pas rare que les émotions s’en mêlent.

 

cecile-colas-nguyenHypnos chez les pompiers

Une étude pilote est actuellement réalisée en Alsace pour évaluer l’utilité de certains outils hypnotiques dans la pratique quotidienne des « guerriers du feu » qui, rappelons-le, combattent bien d’autres dangers ! A l’heure où les C-PAP de Boussignac et autres Lifepak encombrent à juste titre nos valises, la technicité nécessaire a peu à peu minimisé l’impact sous-estimé de nos mots et bouté au second plan l’approche comportementale de nos victimes. L’avènement de Dame Morphine et sa simplicité d’emploi ont relégué le dieu Hypnos au rôle de traîne-savate, vieux barbon inutile et dépassé qui, j’en conviens, est nettement moins séduisant que notre jouvencelle efficace et véloce.

 

 

Groupes pour patients psychotiques : des outils hypnotiques adaptés

L’hypnose est habituellement déconseillée pour traiter les patients psychotiques. Sauf lorsqu’un thérapeute expérimenté et prudent propose dans un cadre sécurisé des outils innovants.Cet article présente certains des outils utilisés dans une nouvelle technique de groupe développée à la Communauté thérapeutique de Valme (Séville, Espagne); celle-ci est rattachée au Service andalou de Santé publique, intégré dans le NHS. Nous avons commencé à utiliser cette technique il y a trois ans. Les résultats, dès les premiers groupes de patients, ont été positifs tant aux niveaux psychopathologique que social et général.

 

 

Elargir nos pratiques : Hypnose et yoga nidra

Conférencière au congrès de la Rochelle, Marie-José Dumoulin a captivé son auditoire désireux d’établir des ponts entre hypnose et yoga, et a surpris dans sa simplicité lorsqu’elle a fait une séance collective de yoga nidra. L’hypnose et le yoga nidra induisent des états modifiés de conscience comparables. Le yoga nidra fait partie du « raja yoga » : yoga mental. Le yoga nidra est une méthode de relaxation profonde amenant à l’état de méditation mise au point puis diffusée aux alentours de 1960 par Swami Satyananda à partir des yoga sutras de Patanjali et de pratiques tantriques très anciennes qu’il a adaptées au monde contemporain.

 

 

PARIS 2015 : l’interview des membres du Comitécomite-paris2015

Ce 20e congrès de l’ISH s’associe au 9e forum de la CFHTB. Quelles sont pour vous les valeurs fortes, celles qui donnent toutes raisons de participer à ces deux événements majeurs pour lesquels vous vous êtes investis dans le Comité d’organisation depuis 2009 ?Claude Virot (directeur du congrès) : Tous les professionnels de santé ayant le bonheur de pratiquer l’hypnose savent que c’est une compétence majeure pour aider nos patients. Elle crée un pont entre la médecine technique et la médecine humaniste.

 

Amour quand tu nous tiens. Dr Thierry Servillat

Bon nombre de patients, individuels ou a fortiori en couple, nous parlent d’amour. Oui, mais comment définir celui-ci ? Y’en aurait-il différentes formes ? Si oui, lesquelles ? Etudier celles-ci est la tâche que s’est assignée Ruwen Ogien, philosophe, directeur de recherche au CNRS, et membre du Centre de Recherche Sens, Ethique, Société (CERSES Paris Descartes). Son ton est mi-naïf, mi-provocatif, ce qu’illustre bien l’image de couverture montrant un lapin et une ours qui semblent en peluche, et qui sont manifestement dans une posture propice à ce que nous appellerons un « gros câlin ».

 

« Qu’est-ce qui vous amène ? ». Dr Stefano COLOMBO Quiprocquo, Malentendu et Incommunicabilité 37

Qu’est-ce qui vous amène à lire ce pamphlet ou, soyons sérieux, cet article ? La rédaction pourrait bien lancer une enquête afin de connaître l’opinion des lecteurs. Risqué ! Et s’il n’y avait aucun lecteur ? Cela serait chose extraordinaire pour le soussigné. Le Quiproquo n’étant lu par personne, il pourrait contenir un nombre de mots choisis au hasard dans un texte rébarbatif tel un dictionnaire ou le bottin, éventuellement, en faisant un effort, dans un texte complexe d’histoire ou de philosophie.

 

De la douleur vers l’endormissement. Antoine Bioy

Commençons en signalant que l’intérêt de l’hypnose en douleur continue de se confirmer : Tan et ses collègues (2015) abordent le chapitre des dorsalgies chroniques. Trois groupes sont constitutes (séances sur 3 mois) : 8 séances de biofeedback ; 8 sessions d’apprentissage de l’autohypnose; 8 sessions d’apprentissage de l’autohypnose avec des enregistrements d’aide pour les sessions à domicile ; 2 sessions d’apprentissage de l’autohypnose avec des enregistrements d’aide pour les sessions à domicile et un appel téléphonique par semaine pour rappel des exercices à effectuer.

 

 

 

marion-chtip

Erickson… comme dans mes petits souliers

Depuis plusieurs jours, je voulais écrire un compte rendu sur le symposium d’ouverture de l’Institut Milton H. Erickson d’Ile de France de Christine Guilloux qui s’est tenu le 5 décembre dernier. Et je me suis réveillée ce matin de Noël, avec la surprise d’avoir eu du courrier…dans mes petits souliers ! Une lettre de Milton Erickson ! Ah, la magie de Noël ! « Chère Marion, Tu étais là, à observer, écouter…et moi aussi. Je t’envoie ce message pour que tu le distribues aux autres. Je ne sais pas si vous aviez senti ma présence dans cette salle ce jour-là. Pourtant, j’étais là à observer et écouter… 

Dr Thierry Servillat

Google+