Petites poucettes. Dr Thierry SERVILLAT, Rédacteur de la Revue Hypnose & Thérapies Brèves

Hypnose Philio n°30

Petites Poucettes… Dr Thierry SERVILLAT. Revue Hypnose et Thérapies Brèves 30

Printemps 2013, France, un jeune philosophe de 83 ans est en tête des ventes avec un essai1 écrit pour « ce nouvel écolier, cette jeune étudiante » d’aujourd’hui, qui – c’est « une des plus fortes ruptures de l’histoire depuis le néolithique »- habitent la ville tout en s’efforçant de ne pas polluer, vivent dans un « monde plein » de presque 7 milliards d’individus, et qui peuvent en moyenne espérer atteindre l’âge de 80 ans. A peu près l’âge de l’auteur justement.

Michel Serres- car il s’agit de lui – commence son livre en exprimant une sorte d’inquiétude qui peut nous interpeler : « Quelle littérature, quelle histoire comprendront- ils ? » Mais dès la page 11 de ce court ouvrage, l’attention de l’auteur va envisager de nouvelles pistes. Une prise de conscience d’abord : « Sans que nous nous en apercevions, un nouvel humain est né », qui lit et qui écrit autrement, avec ses deux pouces (d’où le titre du livre), notamment ces messages qu’on appelle SMS.

 

Ce « nouveau-né » est, compte tenu du déclin des idéologies vis-à-vis desquelles se définissaient ses ancêtres, plus que jamais un individu. Critiquant les « vieux grincheux » qui ne voient là qu’égoïsme, Serres préfère lui « aimer d’amour ces jeunes gens », en essayant concrètement de les aider à « inventer de nouveaux liens ».

Nous sommes, hypnothérapeutes, thérapeutes brefs, et autres praticiens de ces liens, évidemment concernés par le souci de l’auteur. Examinons ce que celui-ci propose, et même, de plus en plus au fil du livre, telle une pythie moderne, ce qu’il voit.

D’abord, tels Saint Denis, les jeunes (et bon nombre de moins jeunes !) de notre époque ont perdu leur tête. Mais ils la rallument chaque matin en appuyant sur le bouton on de leur ordinateur. Nos apprentissages sont-ils dans le disque dur ? Il reste donc au-dessus de nos épaules de la place pour « l’intuition novatrice et vivace », pour du « vide translucide » ! Après les révolutions techniques apportant de nouveaux outils pour des sciences « dures » et efficaces, celles, technologiques, de l’écriture puis de l’imprimerie ont mené aux sciences humaines qui, pour Michel Serres, sont « douces » car créant les coopérations humaines collectives (sociales, politiques).

C’est dans ce monde futur de la coopération que l’auteur nous emmène pour dès maintenant accompagner nos jeunes à construire le futur. La transition n’est pas si majeure. En informatique aussi, l’espace de la page2 reste le format qui (nous) domine. Il faut pourtant en sortir, nous dit Serres, pour convertir nos têtes au « vide ». Car « le sujet de la pensée vient de changer », nos « entendements » sont conviés à prendre une « autonomie nouvelle (…) à laquelle correspondent des mouvements corporels sans contrainte et des brouhahas de voix ». Parle-t’il pendant le cours, c’est que l’étudiant a déjà le savoir disponible sur Internet. Et il a plus besoin d’invention, autre type de savoir. Finis les « Petits Transis », écoliers et étudiants épouvantés, fascinés, soumis, « formatés par la page et courbant le dos ». Ils peuvent maintenant, par l’accès au savoir disponible, « sortir de la caverne » platonicienne. Ce savoir par eux se répand, « homogène, décentré et libre de mouvements ».

Pour parvenir à ce savoir intégratif, fusionnant, Michel Serres propose d’abord d’écouter ce « bruit de fond (…) en suivant les mouvements nouveaux des corps », en essayant d’ « expliciter l’avenir » à partir d’un intérêt au « disparate ». Ce qui pourra conduire à bouleverser le classement des sciences. En disposant par exemple le Département de chimie en face de celui d’écologie, on favoriserait les rencontres entre chercheurs qui ne parlent pas la même langue.

22 ans après le Tiers Instruit, Michel Serres continue donc les mêmes intuitions et convictions. En allant plus loin : il faut changer de raison, car « l’objet de la cognition vient de changer », qui fait que « nous n’avons pas un besoin obligatoire de concept. Parfois, pas toujours ». Ce qui « redonne dignité au savoir de la description et de l’individuel », aux singularités. Et un nouveau savoir accueillant au récit.

Un récit qui ne peut avoir lieu qu’en dehors des campus formatés, là où un « contrôle réciproque » est possible (ce qui nous rappelle Edgard Morin qui insistait sur la nécessité d’« évaluer les évaluateurs » , tout en allant plus loin que lui), rendant avec lui possible un « nouvel âge d’or » où un « tissu de voix » libres s’accorde avec celui de la Toile pour former une nouvelle démocratie faite d’individus mobiles de l’espèce Homo Viator citoyens de villes connurbées au-delà des frontières politiques.

– Imaginer que les propriétés de chaque individu vivant soient codées.

– Imaginer un arbre constitué par ces codes, haut comme la Tour Eiffel (ou autre édifice équivalent ayant votre préférence). Les caractéristique communes s’assemblant en une sorte de tronc, les plus rares constituant des branches et les exceptionnelles des feuilles.

 

Dr THIERRY SERVILLAT

Rédacteur en Chef de la Revue Hypnose & Thérapies Brèves

Psychiatre. Pratique l’hypnose et les thérapies brèves au CITI (Rezé).

Enseignant assure des formations à l’IFH à Paris Institut Français d’Hypnose

Président de l’Institut Milton H. Erickson de Rezé. (Nantes)

 

Ancien président de la CFHTB. Formateur et conférencier.

Coordinateur et co-auteur de Psychothérapies : une approche plurielle (Masson).

Rédacteur en chef d’ HYPNOSE & Thérapies brèves.

http://www.rime44.com/

http://www.hypnose-ericksonienne.org/Intistut-Milton-H-Erickson-de-Reze-44_a472.html

Pour lire la suite, et vous abonner à la Revue, Cliquez ici

 

revue-hypnose-therapies-breves-30

 

LANCER LES NÉCESSAIRES DÉBATS – Dr Thierry Servillat
Ça y est, les temps ont changé : l’hypnose – au moins la chirurgicale – entre dans tous les hôpitaux ou presque, et de nombreuses cliniques s’y mettent. Et en « ville », comme on dit, de plus en plus de thérapeutes brefs utilisent l’hypnose, consciemment ou non. Une sorte de consensus s’installe, renforcé par l’avis plutôt favorable récemment émis par l’Académie de Médecine.

TERRA HYPNOSIA – Dr Dominique MEGGLÉ Conférence donnée au VIII° Forum de la CFHTB à Strasbourg le 18 mai 2013
LES VIEILLES CARTES SONT PRÉCIEUSES
Dans un style de plus en plus affirmé, Dominique Megglé proclame ses convictions sur ce qui lui paraît essentiel de l’hypnose thérapeutique. En reparcourant le travail d’Erickson qu’il vit lui-même dans son propre voyage vital. Avec lui, HYPNOSE & Thérapies brèves est heureuse de lancer le

LA BELLE ET LA BÊTE – Marilia BAKER
S’IMPLIQUER À DEUX. Conte d’origine française, La Belle et la Bête est très connu outre Atlantique. Marilia Baker, thérapeute brésilienne vivant en Arizona, nous montre comment il peut être richement utilisé en thérapie de couple.

ÊTRE THÉRAPEUTE – Jean-Philippe VERON
UN FILM D’ERREURS EN 3D Ostéopathe devenu psychologue, Jean-Philippe Veron aborde sous trois angles comment l’erreur fait partie intégrante de la vie de thérapeute. Sur le mode de l’humour, une question éthique centrale est posée. Un texte publié avec l’accord de l’association Paradoxes.

LES COULEURS DU PLAISIR – Joëlle MIGNOT
PORTES VERS LE SUBLIME Fine connaisseuse de l’utilisation de l’hypnose en sexologie, Joëlle Mignot développe les connexions intimes entre couleurs et accès à l’un des grands plaisirs de la vie. Pour une hypnose subtile qui nous redit que le sexe est une relation créative.

HYPNOSE ET NEUROSCIENCES – Dr Luc FARCY et Dr Adrien LORETTE
UN DIALOGUE FRUCTUEUX ET SÉCURISANT Fini le temps où le clinicien ne pouvait appréhender les neurosciences que sous l’angle d’une fascination bien souvent stérile et d’ailleurs généralement temporaire ou intermittente. Une nouvelle manière de voir est présentée ici, où le clinicien peut trouver dans les résultats des chercheurs des résonances de sa pratique quotidienne qui vont le rassurer et stimuler sa créativité.

« Encore heureux ! » Dr Stefano COLOMBO
Frédéric ne possède ni voiture, ni moto. Encore heureux d’avoir un vélo, se console t-il en l’enfourchant pour se diriger vers la forêt toute proche. Il a une profonde envie de se remplir les poumons des parfums des arbres et du sous-bois.

Avancées et limites – Antoine Bioy
Nous commençons cette rubrique par deux jolies publications françaises. Citons d’abord celle de Patrick Catoire et al. qui étudient le transfert d’embryons avec une préparation incluant l’hypnose par rapport à une préparation standard (médicament et relaxation). Ils montrent l’absence de différence tant sur le niveau d’anxiété, que sur le ratio de naissance.

Hypnose musicale DE BACH À DEBUSSY – Dr Stephane OTTIN PECCHIO
En présentant aux congrès de Brème et de Strasbourg les processus hypnotiques que l’on trouve dans les oeuvres de Bach et Debussy, j’ai associé deux compositeurs qui, à première vue, s’opposent.
La musique de J-S. Bach, comme toute la musique baroque, exerce un effet apaisant.

Le Certificat d’Hypnose Clinique – Dr Patrick BELLET
UN ENJEU PROFESSIONNEL POUR LA CFHTB !
Nous sommes à un moment clé de notre développement. Le 8ème Forum à Strasbourg a marqué une évolution européenne de notre travail, 2015 à Paris verra son exposition internationale.
En 1996, la CFHTB s’est créée à partir d’une prise en considération de notre identité et de sa spécificité. Simple, simplissime même !
Les différents « acteurs » francophones étaient dispersés, sans contacts les uns avec les autres, aucune structure ne les réunissait et pourtant les potentialités existaient. Isolées.

Dr Thierry Servillat

Google+