Edito Dr Henri BENSOUSSAN: Douleur Douceur

Revue Hypnose & Thérapies brèves n°52.

Soyons polémiques. Les fake news n’ont pas seulement envahi l’espace politique et sociétal, elles ont désormais envahi l’espace médical. La situation peut être résumée en décrivant deux camps qui se « radicalisent » au point de rendre impossible ou presque tout dialogue. Dans le premier camp la médecine par les preuves ; dans l’autre les médecines alternatives, parmi lesquelles l’homéopathie est actuellement la plus attaquée. (L’hypnose pourrait suivre si certaines de ses pratiques ne changent pas.) Les arguments échangés sont de plus en plus confus, les assimilations de plus en plus fréquentes, le ton se durcit, des initiatives sont prises çà et là, comme des suppressions de Diplômes universitaires. Les autorités officielles ne prennent pas de décisions et voient leur pouvoir contesté. Se construit une sorte de tour de Babel médicale, et par assimilation on pourrait presque dire qu’il y a du « gilet jaune » dans l’air.

Comme le fait remarquer le sociologue Henri Bergeron : « Il faut lire ce mouvement dans le contexte actuel, paradoxal de la médecine. Elle n’a jamais été aussi performante, ni aussi contestée. » Selon le philosophe et historien des sciences Alexandre Klein : « La population a pris conscience que la santé, ce n’était pas seulement la médecine. » Cela confirme la nécessité d’avoir une pratique bio-psy-chosociale de la médecine et pas seulement une pratique bio-médicale. La médecine change, se complexifie et cela aboutit à un fractionnement du patient qui va d’hyperspécialistes en hyperspécialistes. A cela s’ajoutent les guides de bonnes pratiques, les protocoles de soins, le dossier informatisé, les consultations à distance qui rigidifient les comportements. Ne l’oublions pas, la société et les patients aussi évoluent. L’information circule, elle est accessible à tous. Les forums sur les réseaux sociaux sont des lieux d’évaluation certes contestables mais réellement pris en compte par les patients. Certains « scandales » comme ceux de l’hormone de croissance, du sang contaminé, du Mediator et actuellement des prothèses en tout genre, n’arrangent rien surtout que tout était basé sur des « études ».

Sans pouvoir tout aborder dans un court éditorial, il y a tout de même un point important à considérer qui concerne la pratique de l’hypnose. Certains partisans de la médecine par les preuves argumentent en disant que les médecines alternatives ne fonctionnent que par l’effet placebo. Cela nous fait penser à la commission royale ayant constaté que le fluide magnétique de Mesmer n’existait pas mais que c’était l’imagination qui guérissait le malade. Mais enfin, l’effet placebo est une réalité, bien décrite dans le documentaire Le pouvoir de l’esprit : Effets placebo. Dans ce film, on voit entre autres que même en sachant qu’ils prennent un placebo, les patients vont bien. Alors à quand un chapitre sur le placebo et l’effet placebo dans l’enseignement de la pharmacologie ?

Les deux articles que nous publions dans ce numéro illustrent comment l’hypnose s’adapte aux deux champs de la pratique médicale précédemment décrits. Le premier nous transporte dans le monde des super-héros, le second dans le monde ultra-technique d’un bloc opératoire. Nous sommes guidés dans les deux cas par des thérapeutes très présents dans la relation thérapeutique et qui aident leurs patients à puiser dans leurs ressources.

Bonne lecture !



Hypnose et anesthésie: suggestions verbales. Dr Laurence LE GOURRIER

En 2002 au Congrès Agora à Rennes, j’assiste à un atelier « hypnose et anesthésie » animé par Claude Virot. Je comprends immédiatement l’intérêt pratique de l’effet anxiolytique et analgésique des suggestions hypnotiques. En effet, praticien hospitalier, je pratique « largue à mains nues » – mais gantées tout de même – l’anesthésie locorégionale (ALR) en orthopédie et en traumatologie.

L’approche intégrative: psychosomatique et HTSMA. Mady FAUCOUP GATINEAU
Cet article fait suite à un autre paru dans la Revue numéro 47. J’ai présenté le travail du Dr Eric Bardot, psychiatre et pédopsychiatre à Nantes qui développe depuis une quinzaine d’années une pratique thérapeutique originale : l’HTSMA. Si l’HTSMA mettait en lien l’hypnose, la thérapie stratégique et les mouvements alternatifs, l’approche dépasse l’idée d’une conjonction de ces pratiques.

La douleur chronique: le monstre. Marc PICARD-DESTELAN
Notre contexte culturel nous invite à prêter une grande importance à ce qui se voit. La place de l’image dans l’information journalistique est évidente. Mais en médecine aussi le summum de la preuve est souvent constitué par l’image. Elle offre un appui fréquemment décisif dans les diagnostics. La position du douloureux chronique n’en est que plus difficile : il a mal, mais ça ne se voit pas.

Note septième. Selon François Roustang. Sylvie LE PELLETIER-BEAUFOND
De l’attente ou la relation du troisième type. Quel est le mode de la relation thérapeutique efficient en hypnose, s’interroge François Roustang, ou comment s’en approcher au plus près et tenter de le définir ? Pour apporter quelque réponse à cette question, l’auteur s’emploie à considérer le type de changement attendu au terme d’un moment thérapeutique en hypnose. La modification envisagée peut être, en effet, de natures diverses. François Roustang détaille en cela trois types distincts de modifications.

Edito Dr Henri BENSOUSSAN: Douleur Douceur
Soyons polémiques. Les fake news n’ont pas seulement envahi l’espace politique et sociétal, elles ont désormais envahi l’espace médical. La situation peut être résumée en décrivant deux camps qui se « radicalisent » au point de rendre impossible ou presque tout dialogue. Dans le premier camp la médecine par les preuves ; dans l’autre les médecines alternatives, parmi lesquelles l’homéopathie est actuellement la plus attaquée. (L’hypnose pourrait suivre si certaines de ses pratiques ne changent pas.)

Nos patients super-héros. Antoine ROGÉ
« Vous vous en sortez très bien, vous êtes l’être le plus capable, le plus qualifié et digne de confiance que je connaisse : vous ferez ça très bien. » Cette citation n’est pas de Milton Erickson, elle aurait pu. Elle est de Tony Stark, ce nom ne vous dit peut-être rien, et si je vous dis Iron Man ? Croyez-moi, il s’y connaît en super-héros ! Le tout début de l’histoire, j’allais écrire du film, se situe en 2012 avec ma patiente Anne-Marie. Elle fréquentait le centre anti-douleur de Rouen qui venait de lui proposer des séances d’hypnose pour gérer sa fibromyalgie.

Chirurgie carotidienne: Hypnose et anesthésie locorégionale. Dominique MONTOY
Au bloc de chirurgie vasculaire où j’exerce à Lyon, toutes les chirurgies de la carotide se réalisent sous anesthésie locorégionale : ALR, sauf contre-indications majeures. Le traitement chirurgical de la sténose carotidienne consiste à réaliser une endartériectomie de l’artère, c’est-à-dire l’ablation de la plaque d’athérome qui l’obstrue.

Hypnose et thérapie familiale: créons de ponts. Nicole PRIEUR
L’Éditorial. La souffrance psychique que nous côtoyons dans nos diverses pratiques se révèle de plus en plus complexe. Aux problématiques « classiques » liées à l’enfance, aux conflits intergénérationnels, au poids de l’héritage familial, se rajoutent des souffrances spécifiques à notre XXIe siècle, problème de synchronisation, sentiment d’absurdité face à un monde incompréhensible, violences…

Systémie et Hypnose: L’hypnose, pour se guérir de la famille. Nicole PRIEUR et Bernard PRIEUR
En famille, il ne suffit pas de s’aimer pour se rendre heureux. A l’ombre des bons sentiments se trament frustrations, souffrances, règlements de comptes. L’histoire familiale véhicule son lot de drames, traumas, non-dits, secrets, mandats transgénérationnels risquant d’entraver le devenir personnel. Hypnose et systémie peuvent alléger le poids du passé pour savourer le présent, remettre le temps en mouvement, apprécier le meilleur de sa famille sans en supporter les poids inutiles.

Le professionnel en supervision face à ses blocages. Isabelle ACQUAVIVA, Brice ALAIME, Sébastien SAUDUBRAY
C’est une chose proprement humaine que d’organiser le monde à partir de ce qu’il nous donne à voir. Nous structurons les éléments environnants par des liens et des associations qui produiront une matrice de sens et de sensibilités. Les patients que nous recevons sont coincés, dans une impasse, aux prises avec des angoisses qu’ils ne peuvent plus endiguer. De fait la réalité qui semble s’imposer à eux les déborde et sature leur capacité d’intégration.

Systémie et Hypnose: Protection de l’enfance. Florence DUFOUR-LEFORT
C’est dans une institution qui relève de l’Aide sociale à l’enfance, accueillant des enfants placés majoritairement par ordonnance judiciaire et dans une région où les difficultés sociales et économiques sont importantes, que je travaille comme psychologue depuis vingt ans. Les différentes lois de ces dernières décennies ont insisté sur le rôle et la place des parents, faisant évoluer les prises en charge vers davantage de soins impliquant la famille et d’une manière plus générale vers des interrogations sur le système familial et les mécanismes de répétition des dysfonctionnements relationnels.

Soins palliatifs: pour traverser la crise de l’ultime séparation. Dr Evelyne MICHELI
Quand la maladie menace l’homéostasie familiale. Tout au long du parcours plus ou moins long qui précède l’arrivée en unité de soins palliatifs, le système familial s’adapte pour faire de la place à ce nouveau personnage qu’est la maladie, les rôles se modifient de manière à préserver malgré tout l’homéostasie familiale, c’est-à-dire l’équilibre et la cohérence interne du système. Certains liens se resserrent, l’un des proches par exemple devient « l’aidant principal », d’autres liens se distendent, tel autre proche prend ses distances, tel autre enfin tente de ne rien voir et de continuer comme avant…

« Auto-hypnose ? » Dr Stefano COLOMBO
Cela commence bien. Auto-hypnose, auto hypnose ou bien autohypnose ? Trait d’union, espace ou rien ? Vous me direz que c’est un problème mineur, qu’il s’agit d’orthographe. Peut-être… Peut-être ? Eh oui ! Rappelez-vous : le doute est la terre fertile de toutes les vérités, sans lui rien ne pousse. Sur le terrain du doute, les vérités sont comme les arbres, elles se font de l’ombre l’une à l’autre.

« Le meilleur chemin vers l’hypnose… » Dr Adrian CHABOCHE
Chères lectrices, chers lecteurs, L’hypnose connaît un tel succès, une diffusion médiatique et scientifique jamais atteinte depuis que l’ensemble de la littérature médicale ait été recensée au début du XXe siècle. Hypnose médicale et hypnothérapie se côtoient, rejoignant la recherche, les neurosciences et l’exploration de la conscience humaine. L’hypnose, héritage du magnétisme animal ancré dans notre culture de- puis la fin du XVIIIe siècle, va à la rencontre de la méditation et, plus largement, de l’étude millénaire des états de conscience modifiés dans les états de transe.

Développer sa conscience corporelle avec le Rolfing. Dina ROBERTS
Mon intérêt pour la dimension corporelle de l’hypnose m’a attirée vers les pratiques somatiques, telles que la technique Alexander, la méthode Feldenkrais, le Rolfing. Ces pratiques se sont développées au carrefour du monde médical : neurosciences, physiologie, psychothérapie, et du monde des arts dont la danse.

L’Entretien de Michael Yapko par Gérard Fitoussi
Psychologue clinicien reconnu internationalement pour son travail en hypnose clinique, thérapies brèves et le traitement stratégique de la dépression, Michael D. Yapko, Ph.D., enseigne régulièrement dans le monde entier. Auteur de quinze livres* dont la 5e édition du devenu classique Trancework. Il a reçu de nombreuses distinctions pour ses contributions, dont la médaille de reconnaissance pour son œuvre par la Société Internationale d’Hypnose et la Fondation Milton H. Erickson.

J’ose l’hypnose. Notes de lecture par Sophie Cohen
Connaissez-vous la série des petits livres dans la collection « J’ose l’hypnose » aux éditions In Press ? Ce sont de petits ouvrages sur une thématiques donnée. J’ai lu les quatre présentés ici avec intérêt pour leur côté pratique et truffé d’exemples concrets et utilisables par chacun.

Hypnose douleur aigüe et anesthésie. Notes de lecture par Sophie Cohen
Les deux auteurs biens connus, Franck Bernard et Claude Virot, ont bien travaillé pour nous offrir des informations précises sur les états de conscience en hypnose. Ce livre est encore plus… que la 1ère édition parue il y a déjà huit ans. Encore plus que le précédent en termes d’exemples de situations, de précisions, de types d’exercices possibles, davantage encore de références aux expériences.

Hypnose et psychothérapie. Notes de lectures par Sophie Cohen
Cet ouvrage décrit la manière dont l’hypnose peut être associée à la psychanalyse, à l’EMDR, à l’Analyse Transactionnelle, à l’IMO, à la thérapie comportementale et cognitive ainsi qu’aux techniques de la psychologie de l’énergie, pour une psychothérapie efficace et de courte durée. Il contient les Actes du 9e congrès de l’Association Européenne des Praticiens d’Hypnose, sous la direction de Djayabala Varma, formateur en hypnothérapie intégrative et en psychologie de l’énergie.

La douleur. Notes de lectures par Henri BENSOUSSAN
Publié en 2015 et seulement édité en octobre 2018 en version française, cet ouvrage a été écrit par Steve Haines, chiropracteur, et illustré par Sophie Standing. Ils sont aussi auteurs dans la même collection chez Çà et là de Le trauma, quelle chose étrange et L’anxiété, quelle chose étrange à paraître en version française en 2019.

intégrative: psychosomatique et HTSMA. Mady FAUCOUP GATINEAU
Cet article fait suite à un autre paru dans la Revue numéro 47. J’ai présenté le travail du Dr Eric Bardot, psychiatre et pédopsychiatre à Nantes qui développe depuis une quinzaine d’années une pratique thérapeutique originale : l’HTSMA. Si l’HTSMA mettait en lien l’hypnose, la thérapie stratégique et les mouvements alternatifs, l’approche dépasse l’idée d’une conjonction de ces pratiques.

La douleur chronique: le monstre. Marc PICARD-DESTELAN
Notre contexte culturel nous invite à prêter une grande importance à ce qui se voit. La place de l’image dans l’information journalistique est évidente. Mais en médecine aussi le summum de la preuve est souvent constitué par l’image. Elle offre un appui fréquemment décisif dans les diagnostics. La position du douloureux chronique n’en est que plus difficile : il a mal, mais ça ne se voit pas.

Note septième. Selon François Roustang. Sylvie LE PELLETIER-BEAUFOND
De l’attente ou la relation du troisième type. Quel est le mode de la relation thérapeutique efficient en hypnose, s’interroge François Roustang, ou comment s’en approcher au plus près et tenter de le définir ? Pour apporter quelque réponse à cette question, l’auteur s’emploie à considérer le type de changement attendu au terme d’un moment thérapeutique en hypnose. La modification envisagée peut être, en effet, de natures diverses. François Roustang détaille en cela trois types distincts de modifications.

Edito Dr Henri BENSOUSSAN: Douleur Douceur
Soyons polémiques. Les fake news n’ont pas seulement envahi l’espace politique et sociétal, elles ont désormais envahi l’espace médical. La situation peut être résumée en décrivant deux camps qui se « radicalisent » au point de rendre impossible ou presque tout dialogue. Dans le premier camp la médecine par les preuves ; dans l’autre les médecines alternatives, parmi lesquelles l’homéopathie est actuellement la plus attaquée. (L’hypnose pourrait suivre si certaines de ses pratiques ne changent pas.)

Nos patients super-héros. Antoine ROGÉ
« Vous vous en sortez très bien, vous êtes l’être le plus capable, le plus qualifié et digne de confiance que je connaisse : vous ferez ça très bien. » Cette citation n’est pas de Milton Erickson, elle aurait pu. Elle est de Tony Stark, ce nom ne vous dit peut-être rien, et si je vous dis Iron Man ? Croyez-moi, il s’y connaît en super-héros ! Le tout début de l’histoire, j’allais écrire du film, se situe en 2012 avec ma patiente Anne-Marie. Elle fréquentait le centre anti-douleur de Rouen qui venait de lui proposer des séances d’hypnose pour gérer sa fibromyalgie.

Chirurgie carotidienne: Hypnose et anesthésie locorégionale. Dominique MONTOY
Au bloc de chirurgie vasculaire où j’exerce à Lyon, toutes les chirurgies de la carotide se réalisent sous anesthésie locorégionale : ALR, sauf contre-indications majeures. Le traitement chirurgical de la sténose carotidienne consiste à réaliser une endartériectomie de l’artère, c’est-à-dire l’ablation de la plaque d’athérome qui l’obstrue.

Hypnose et thérapie familiale: créons de ponts. Nicole PRIEUR
L’Éditorial. La souffrance psychique que nous côtoyons dans nos diverses pratiques se révèle de plus en plus complexe. Aux problématiques « classiques » liées à l’enfance, aux conflits intergénérationnels, au poids de l’héritage familial, se rajoutent des souffrances spécifiques à notre XXIe siècle, problème de synchronisation, sentiment d’absurdité face à un monde incompréhensible, violences…

Systémie et Hypnose: L’hypnose, pour se guérir de la famille. Nicole PRIEUR et Bernard PRIEUR
En famille, il ne suffit pas de s’aimer pour se rendre heureux. A l’ombre des bons sentiments se trament frustrations, souffrances, règlements de comptes. L’histoire familiale véhicule son lot de drames, traumas, non-dits, secrets, mandats transgénérationnels risquant d’entraver le devenir personnel. Hypnose et systémie peuvent alléger le poids du passé pour savourer le présent, remettre le temps en mouvement, apprécier le meilleur de sa famille sans en supporter les poids inutiles.

Le professionnel en supervision face à ses blocages. Isabelle ACQUAVIVA, Brice ALAIME, Sébastien SAUDUBRAY
C’est une chose proprement humaine que d’organiser le monde à partir de ce qu’il nous donne à voir. Nous structurons les éléments environnants par des liens et des associations qui produiront une matrice de sens et de sensibilités. Les patients que nous recevons sont coincés, dans une impasse, aux prises avec des angoisses qu’ils ne peuvent plus endiguer. De fait la réalité qui semble s’imposer à eux les déborde et sature leur capacité d’intégration.

Systémie et Hypnose: Protection de l’enfance. Florence DUFOUR-LEFORT
C’est dans une institution qui relève de l’Aide sociale à l’enfance, accueillant des enfants placés majoritairement par ordonnance judiciaire et dans une région où les difficultés sociales et économiques sont importantes, que je travaille comme psychologue depuis vingt ans. Les différentes lois de ces dernières décennies ont insisté sur le rôle et la place des parents, faisant évoluer les prises en charge vers davantage de soins impliquant la famille et d’une manière plus générale vers des interrogations sur le système familial et les mécanismes de répétition des dysfonctionnements relationnels.

Soins palliatifs: pour traverser la crise de l’ultime séparation. Dr Evelyne MICHELI
Quand la maladie menace l’homéostasie familiale. Tout au long du parcours plus ou moins long qui précède l’arrivée en unité de soins palliatifs, le système familial s’adapte pour faire de la place à ce nouveau personnage qu’est la maladie, les rôles se modifient de manière à préserver malgré tout l’homéostasie familiale, c’est-à-dire l’équilibre et la cohérence interne du système. Certains liens se resserrent, l’un des proches par exemple devient « l’aidant principal », d’autres liens se distendent, tel autre proche prend ses distances, tel autre enfin tente de ne rien voir et de continuer comme avant…

« Auto-hypnose ? » Dr Stefano COLOMBO
Cela commence bien. Auto-hypnose, auto hypnose ou bien autohypnose ? Trait d’union, espace ou rien ? Vous me direz que c’est un problème mineur, qu’il s’agit d’orthographe. Peut-être… Peut-être ? Eh oui ! Rappelez-vous : le doute est la terre fertile de toutes les vérités, sans lui rien ne pousse. Sur le terrain du doute, les vérités sont comme les arbres, elles se font de l’ombre l’une à l’autre.

« Le meilleur chemin vers l’hypnose… » Dr Adrian CHABOCHE
Chères lectrices, chers lecteurs, L’hypnose connaît un tel succès, une diffusion médiatique et scientifique jamais atteinte depuis que l’ensemble de la littérature médicale ait été recensée au début du XXe siècle. Hypnose médicale et hypnothérapie se côtoient, rejoignant la recherche, les neurosciences et l’exploration de la conscience humaine. L’hypnose, héritage du magnétisme animal ancré dans notre culture de- puis la fin du XVIIIe siècle, va à la rencontre de la méditation et, plus largement, de l’étude millénaire des états de conscience modifiés dans les états de transe.

Développer sa conscience corporelle avec le Rolfing. Dina ROBERTS
Mon intérêt pour la dimension corporelle de l’hypnose m’a attirée vers les pratiques somatiques, telles que la technique Alexander, la méthode Feldenkrais, le Rolfing. Ces pratiques se sont développées au carrefour du monde médical : neurosciences, physiologie, psychothérapie, et du monde des arts dont la danse.

L’Entretien de Michael Yapko par Gérard Fitoussi
Psychologue clinicien reconnu internationalement pour son travail en hypnose clinique, thérapies brèves et le traitement stratégique de la dépression, Michael D. Yapko, Ph.D., enseigne régulièrement dans le monde entier. Auteur de quinze livres* dont la 5e édition du devenu classique Trancework. Il a reçu de nombreuses distinctions pour ses contributions, dont la médaille de reconnaissance pour son œuvre par la Société Internationale d’Hypnose et la Fondation Milton H. Erickson.

J’ose l’hypnose. Notes de lecture par Sophie Cohen
Connaissez-vous la série des petits livres dans la collection « J’ose l’hypnose » aux éditions In Press ? Ce sont de petits ouvrages sur une thématiques donnée. J’ai lu les quatre présentés ici avec intérêt pour leur côté pratique et truffé d’exemples concrets et utilisables par chacun.

Hypnose douleur aigüe et anesthésie. Notes de lecture par Sophie Cohen
Les deux auteurs biens connus, Franck Bernard et Claude Virot, ont bien travaillé pour nous offrir des informations précises sur les états de conscience en hypnose. Ce livre est encore plus… que la 1ère édition parue il y a déjà huit ans. Encore plus que le précédent en termes d’exemples de situations, de précisions, de types d’exercices possibles, davantage encore de références aux expériences.Hypnose et psychothérapie. Notes de lectures par Sophie Cohen
Cet ouvrage décrit la manière dont l’hypnose peut être associée à la psychanalyse, à l’EMDR, à l’Analyse Transactionnelle, à l’IMO, à la thérapie comportementale et cognitive ainsi qu’aux techniques de la psychologie de l’énergie, pour une psychothérapie efficace et de courte durée. Il contient les Actes du 9e congrès de l’Association Européenne des Praticiens d’Hypnose, sous la direction de Djayabala Varma, formateur en hypnothérapie intégrative et en psychologie de l’énergie.

La douleur. Notes de lectures par Henri BENSOUSSAN
Publié en 2015 et seulement édité en octobre 2018 en version française, cet ouvrage a été écrit par Steve Haines, chiropracteur, et illustré par Sophie Standing. Ils sont aussi auteurs dans la même collection chez Çà et là de Le trauma, quelle chose étrange et L’anxiété, quelle chose étrange à paraître en version française en 2019.

Boutique en ligne

Revue Hypnose & Thérapies Brèves 52

Pour acheter un numéro de la Revue Hypnose & Thérapies Brèves à l’unité, ou vous abonner, cliquez ici

Pour commander le Numéro 52 de la Revue Hypnose & Thérapies Brèves



Hypnose médicale : Douleur et difficultés motrices

une43-200Par le Dr HENRI BENSOUSSAN: Anesthésiste réanimateur. Formé à l’hypnose à l’AFEHM. Formateur au DU d’Hypnose médicale de la faculté de médecine de Lille. Formateur à l’AFEHM.

« L’homme n’est jamais plus semblable à lui-même que lorsqu’il est en mouvement. » Le Bernin

Quel bilan faire de seize années de consultations d’hypnose médicale orientées vers la douleur chronique et les difficultés motrices ?

Nous proposons de distinguer deux groupes de patients. Le premier groupe qui, une fois le diagnostic posé, se sent rejeté par des phrases du style : « je ne peux rien pour vous » ; « votre état va se dégrader » ; « vos douleurs sont inévitables »… Ainsi un patient rapporte les propos du chirurgien qui l’a opéré deux fois : « Mon travail a été bien fait, je ne peux plus rien pour vous. » Cette réflexion lui fait plus mal que la douleur. Le deuxième groupe de patients venu consulter après une prise en charge allant de quelques mois à quatorze ans.

L’hypnose nous a appris l’importance de l’alliance thérapeutique. Prendre le temps nécessaire est la première règle. La qualité de l’écoute est la seconde. Donner la parole au patient le surprend : son avis passe avant celui des soignants dont il transporte comptes rendus et imagerie. Le patient occupe le premier rôle, narrateur d’une histoire qu’il connaît bien. Il raconte ce qu’il a vécu.

L’étape suivante est l’orientation thérapeutique : le moment où le soignant peut modifier la compréhension du patient.

Ceci documente le thérapeute sur quatre éléments importants : les circonstances du début du problème ou du traumatisme, l’histoire parfois longue du diagnostic, l’évolution des différentes thérapies et les répercussions sur la vie du patient. Le scénario écrit, nous voyons comment le patient l’interprète en fonction de ses connaissances, de ses échanges avec les autres soignants ou d’autres patients, de son vécu et de celui de ses proches. Rappelons qu’« une perception est par essence le résultat d’une interprétation personnelle sur des informations sensorielles » (Berquin, 2016). Sans doute trouve-t-on ici la raison pour laquelle il existe parfois un grand décalage entre l’importance de la lésion et l’intensité de la douleur exprimée, et pourquoi le contexte lors de l’expression de la plainte est important. Le patient qui sent la relation thérapeutique sécurisante peut livrer des informations qu’il avait tues auparavant. Se dévoilent alors le savoir et le langage du patient que le thérapeute utilise pour être congruent. L’absence de jugement renforce la liberté d’ex- pression du patient qui en prolongeant son discours commence à parler et à dévoiler ses ressources. Il s’éloigne de la plainte.

L’étape suivante est l’orientation thérapeutique : le moment où le soignant peut modifier la compréhension du patient. Le soignant recourt aux données de la science et des neurosciences. Le langage du patient sert d’outil de communication. Troubles du sommeil, déconditionnement à l’effort, modifications de l’humeur, troubles de l’attention, modification du système nociceptif, effets secondaires des médicaments seront également abordés.


Ouvrir le champ des possibles. Sophie Cohen
Nous nous retrouvons avec plaisir en cet automne. Ce numéro de la Revue fait la part belle à la Médecine fonctionnelle. Henri Bensoussan et les auteurs de ce dossier thématique nous présentent l’actualité et les possibilités de l’utilisation de l’hypnose et des thérapies brèves dans ce secteur de la médecine où les croyances tricotées avec les limitations corporelles peuvent faciliter ou entraver la reprise des activités, la pour-suite de la vie dans son ensemble chez nos patients.

Danser avec le patient : l’accordage pour soulager douleur, souffrance. Dr Olivier Debas
Les cas cliniques de soulagement de la douleur et de la souffrance qui suivent, et leurs commentaires, illustrent la pratique libre et tranquille d’Olivier Debas. Quatre cas cliniques comme les quatre directions possibles de remise en mouvement. Alice a 20 ans et souffre de douleurs chroniques depuis deux ans. Initialement localisées au niveau du genou gauche, elles se sont étendues à l’ensemble des membres inférieurs puis au rachis lombaire.

La patiente récalcitrante: sortir du burn-out. Marie-Clotilde Wurz
Avec beaucoup de sincérité, Marie-Clotilde, psychologue, nous livre la façon dont elle a utilisé l’hypnose pour ouvrir vers de la nouveauté. Je suis psychologue clinicienne et hypnothérapeute. J’ai fait le choix de travailler essentiellement en cabinet libéral et d’avoir en parallèle des activités d’enseignement pédagogique et universitaire ainsi que des groupes de parole.

La perception de l’hypnose par les patients hémodialysés. Dr Catherine Lasseur.
L’hémodialyse mobilise le patient pendant de longues heures, trois fois par semaine. Au travers de cet article, le Docteur Lasseur nous fait part des résultats d’une enquête sur la façon dont l’hypnose est appréciée par ces patients. ’insuffisance rénale chronique termi- nale nécessite le recours à des techniques de suppléance du fonctionnement des reins, parmi lesquelles l’hémodialyse.
La qualité de vie des patients. Un protocole de recherche. Carole Maurer
Évaluer l’intérêt de l’hypnose dans les douleurs induites par la chimiothérapie. Passionnées par la découverte des possibilités de l’hypnose, c’est avec enthousiasme qu’avec mes collègues nous avons mis en application nos rudiments. Rapidement, il nous est apparu que les moyens hypnotiques à notre disposition allaient changer beaucoup de choses dans notre métier. Mais il nous avait été enseigné toute la pertinence de « l’œil du débutant », un regard ouvert et curieux.
Hypnose et rééducation. Dr Henri Bensoussan
Hypnose et rééducation, le rapprochement a été effectué il y a longtemps par le jeune Milton H. Erickson, lors de son second épisode de poliomyélite. L’anecdote est connue : condamné à mourir à cause de ses paralysies, il va vivre, condamné à ne plus pouvoir marcher, il va marcher. C’est en puisant dans la mémoire de son corps, en retravaillant les automatismes qui nous font bouger, en utilisant ses souvenirs de mouvements qu’il va progressivement se remettre en mouvement et repartir dans le flux de sa vie.
Hypnose en rééducation pédiatrique. Bénédicte Ansel et Dr Cécile Mareau
En pratique, pendant une séance de rééducation, le kinésithérapeute intègre l’hypnose conversationnelle lors de moments bien précis : massage, mobilisation. Il peut également proposer des séances d’hypnose formelle en dehors des séances de rééducation. Il profite ensuite des séances de rééducation pour reprendre les mots employés par l’enfant, ses métaphores, et ancrer les modifications en hypnose conversationnelle.
Hypnose médicale : Douleur et difficultés motrices. Dr Henri Bensoussan
Quel bilan faire de seize années de consultations d’hypnose médicale orientées vers la douleur chronique et les difficultés motrices ? Nous proposons de distinguer deux groupes de patients. Le premier groupe qui, une fois le diagnostic posé, se sent rejeté par des phrases du style : « je ne peux rien pour vous » ; « votre état va se dégrader » ; « vos douleurs sont inévitables ».
Faire corps ou cicatriser avec l’hypnose. Dr Patrick Bellet
En matière de rééducation et d’hypnose, le propre cas d’Erickson est exemplaire. Extrait de l’article « Autohypnotic experiences of Milton H. Erickson », de 1977, qui parut sous la forme d’un dialogue avec Ernest Rossi. Rossi : « Dans vos expériences d’auto-réhabilitation entre 17 et 19 ans, vous avez appris de votre propre expérience que vous devriez utiliser votre imagination pour obtenir les mêmes effets qu’un effort réel. ».
AVC, intérêt de l’hypnose. Revue de littérature
L’hypnose a fait ses preuves dans la gestion de la douleur et de la souffrance psychologique, entrant dans les centres de rééducation. L’arrivée de la pratique de l’hypnose dans des équipes pluridisciplinaires a ouvert des perspectives sur la prise en charge d’autres pathologies, notamment neurologiques. Il n’existe pas d’étude à notre connaissance spécifique à l’hypnose en rééducation neurologique.
Métaphores possibles dans le SDRC. Dr Philippe Marchand
Le syndrome douloureux régional complexe est une pathologie dont le diagnostic est évoqué devant des suites opératoires inhabituellement douloureuses. Ce syndrome, parfois appelé algodystrophie, entraîne une impotence, des troubles trophiques et vasomoteurs : œdème, modification de température et d’aspect de la peau. Les appellations évoluent au cours des années et de la compréhension de cette pathologie.
« Je viens vous voir, y’a rien qui marche ». Dr Stefano Colombo
Cela commence bien ! Ce verbe, marcher, est omniprésent et utilisé un peu dans toutes les sauces. A la sauce mécanique quand vous vous décarcassez avec un ustensile qui ne veut pas démarrer, à la sauce militaire avec l’ordre de marche, à la sauce numérique quand votre ordi refuse de quitter le bug. Vous êtes en surpoids ? Vous vous précipitez pour savoir si le régime X,Y,Z marche pour maigrir.
Le temps de l’été. Sophie Cohen
Il était une fois l’été… Il a été… Il était ce temps attendu, ce temps de la vacuité… le temps où on le prend, on le sent… Un temps de vacances, d’ouverture pour voir, un temps pour respirer, du temps pour trouver, à moins que ce ne soit pour retrouver ? Le temps d’aller au rythme du temps. Avec ces longues journées où le soleil est souvent en complet de soirée… Flâner dans le beau temps où l’on sent les chants d’oiseaux, le bruit des vagues, les symphonies du vent qui parcourent les fibres des corps.
Dans le mouvement. Dr Adrian Chaboche
Cette rubrique est destinée à partager des expériences cliniques en quittant l’installation statique de nos habitudes de pratiques. Ouvrons-nous aux champs des possibles, dans le mouvement. Celui du patient et le nôtre. Car il existe une représentation très ancrée de l’hypnose figée, immobile. L’image du patient hypnotisé assis, parfois allongé. Se taire pour mieux s’entendre, ne faire rien pour retrouver l’action : l’hypnose est tout sauf l’immobilisme.
Rencontre avec Guillaume Martinet, jongleur. Dr Dina Roberts
Dina : Mon envie de travailler avec toi est née quand je t’ai vu sur scène. Ce qui me fascinait n’était pas seulement ton niveau technique, mais surtout ta présence. Tu parvenais, en jonglant, à captiver l’attention de toute la salle. Et si dans le public un bébé pleurait, tu réagissais immédiatement, avec la réactivité d’un animal, tout en continuant à jongler. Je te sentais à la fois entièrement plongé dans ce que tu faisais tout en restant ouvert, extrêmement sensible à l’environnement.
Gaston Brosseau, psy non classique. Dr Gérard Fitoussi
Gaston Brosseau propose une lecture de son parcours. Je lui propose des mots extraits de son univers. Solitude. C’est le mot qui me vient lorsqu’on m’interroge sur ma conception de l’hypnose. J’ai osé, depuis plus de trente- cinq ans, établir une géolocalisation de l’hypnose en dehors de toute la cartographie classique en m’autorisant toute la liberté nécessaire pour la rendre accessible à tout le monde.
Hypnose et acupuncture en anesthésie. Dr Jean-Michel Hérin
Par le Dr Jean Becchio. Jean-Michel Hérin, confrère formé en hypnose ericksonienne par Claude Virot, nous offre un bouquin agréable à lire dans lequel il évoque et décrit le lien qui unit les espaces, en apparence différents, de l’hypnose et de l’acupuncture. Expert dans les deux domaines, le Dr Hérin illustre son bel ouvrage de cas cliniques et de réflexions sur les mécanismes, communs et particuliers de ces deux approches.
En mouvement. Une vie. Christine Guilloux
Oliver Sachs s’était déjà livré dans Oncle Tungstène où il nous avait embarqués en sa passion pour la chimie, sa fascination pour les métaux, ses explorations de l’ordre caché des choses. Une première autobiographie qui nous avait déjà familiarisés à ce parcours d’une passion scientifique, étayée d’anecdotes et d’illustrations des découvertes scientifiques en chimie inorganique des XVIIIe et XIXe siècles.

Je ne pense pas donc je suis. Christine Guilloux
Colloque « Hypnose et créativité, aux frontières de la conscience ». « Hypnose et créativité, aux frontières de la conscience », une journée menée tambour battant, riche d’histoires, d’expériences, de questions sans réponses, de réponses sans questions là où Charcot a fortement contribué à la recherche médicale. Une journée tonique, brillamment orchestrée par le Dr Eric Gibert et le Pr Bruno Fautrel, Service de Rhumatologie & CETD au CHU de La Pitié-Salpêtrière, le 16 juin dernier.

La douleur ou la souffrance ? Dr Jean-Marc Benhaiem
Lorsqu’une personne est confrontée à un soin potentiellement douloureux, elle est en réalité, confrontée à la souffrance. La médecine clive la perception de la douleur en différentes composantes : émotionnelle, sensori-discriminative, cognitive et comportementale. En morcelant l’expérience de la douleur, il devient possible de mieux comprendre où se situent les difficultés.

Hypnose, médecine générale, sommeil. Drs Adrian Chaboche et Lauriane Bordenave
Pour ce numéro, nous vous présentons un travail national particulièrement intéressant, et dans la continuité de l’article de Daniel Quin au précédent numéro, une récente étude portant sur le sommeil. Cordi M.J., Hirsiger S., Merillat S., Rasch B., « Improving sleep and cognition by hypnotic suggestion in the ederly », Neuropsychologia 69 (2015), pp. 176-182. Cette étude clinique s’est intéressée aux effets de l’hypnose sur le sommeil et sur les facultés cognitives du sujet âgé

« Interventions et thérapies brèves : 10 stratégies concrètes. Crises et opportunités »
Article écrit par Sophie Cohen. Nous retrouvons ici cinq auteurs : Yves Doutrelugne, Olivier Cottencin, Julien Betbèze, Luc Isebaert et Dominique Megglé, appréciés pour leur approche clinique pragmatique des situations. Dans leur dernier ouvrage tout juste paru, intitulé : « Interventions et thérapies brèves : 10 stratégies concrètes. Crises et opportunités », ils présentent l’utilisation des outils de thérapies brèves.


Boutique en ligne